ma petite actualité

mais combien de temps

dure vraiment l'actualité

aujourd'hui est un nouveau jour de plus

Juste vous dire la joie qui est la mienne, de voir ce texte, LA VIE À L'USAGE, être publié par les Éditions Lanskine, et la belle rencontre que cela suppose avec Catherine Tourné, que je remercie du fond du coeur

et si vous avez envie d'entendre un extrait de ce texte, filmé par Antonio Catarino, c'est ci-dessous : 

https://www.youtube.com/watch?v=7Za8p-AUWic

 

et puis une chose encore, j'aimerais profiter de cette fenêtre ''actualité'' pour remercier ici Sabine Huynh, pour le très bel article qu'elle a écrit sur mon travail : 

https://diacritik.com/2016/07/18/manuel-daull-mots-mis-bout-a-bout-en-eaux-durassiennes/

LE FROID MOTEUR, roman 1996

publié par les Terres Occidentales et les Editions 23

extraits

 

 

*

 

"...
la mort

depuis tout gosse j'écris, pour mon grand père d'abord, et puis il est mort, je continue

 

 

aujourd'hui tout est changé, trois mois, un accident comme une nouvelle naissance, comme un début

 

il faut recommencer à zéro


trois mois à chercher, à regarder, écouter la vie, à courir après des sons et des images, trois mois à la poursuite de ma mémoire, trois mois à voir la vie comme une quête, sans fin la quête

 

des villes déjà connues, des gares, des hôtels, et puis des trains, toujours des trains, plus rien comme avant, en attente, parfois un sentiment, trois mois, jamais une certitude

se déplacer de ville en ville, de train en train

avant tout mon voyage se déroule à l'intérieur de moi, en moi, un long voyage intérieur ...”        

                                               CLAC

 

 

 

*

 

"...

je suis en quête, à la recherche, en poursuite ou poursuivi, de quoi, par qui / par quoi

 

 

j'y pense souvent, tout s'emmêle, tout est de sa faute

 

rouge, couleur rouge, que je ne perçois pas, que je n'intègre pas

 

chaque instant m'échappe, tout de suite ce café que je bois dans un café, je ne comprends plus le langage, un lan- gage qui permet à un mot d'avoir deux sens différents, parfois plus de deux, voisins, pas identiques, le même mot, pourquoi deux mots désignent alors la même chose, le même objet,    je ne comprends plus

 

dans ce café où une rue descendant de la gare m'a conduit, il y a de l'agitation, elle n'est pas quotidienne — des mecs avec des gueules pas possible font le ménage, démontent des accessoires, rangent le matériel,    on vient de tourner un film, enfin une scène d'un film et moi, j'arrive déjà trop tard, les acteurs sont partis se coucher

 

quelque soit l'endroit ou l'instant, j'arrive toujours trop tard, toujours trop tard — trois T — T T T — trois — trois — trois — trois mois, depuis trois mois, quoi qu'il arrive, où que je sois, je suis en retard, j'ai rendez vous pourtant et les trains n'y sont pour rien

 

c'est quelque chose en moi, c'est déréglé, une sorte d'horloge, quand tout va bien vous tombez pile, vous êtes où vous devez être

c'est vrai que les trains n'y sont pour rien, pas plus les acteurs, personne même

 

en prenant le train d'avant, le réalisateur aurait certainement choisi un autre lieu, un moment différent pour tourner sa scène

 

le café, dedans on vient de tourner une scène d'un film, on a pris des figurants parmi les clients, maintenant tout est remis en place, on boit quelque chose de chaud pour se réchauffer

 

dehors c'est l'heure où des milliers de gens partent travailler, l'heure de la fourmilière urbaine, en mouvement, sans savoir qu'ici on tourne un film,  qui ne s'en doute pas

 

dehors la vie continue, moi, je suis à l'intérieur

 

ce n'est pas la première fois que je viens dans ce café, pas de tournage à l'époque

 

pour être sûr de m'en rappeler je prends des notes,

j'enregistre aussi,

j'ai un petit dictaphone,

un appareil photo pour le visuel ...”

                                                            CLAC