ma petite actualité

mais combien de temps

dure vraiment l'actualité

aujourd'hui est un nouveau jour de plus

Juste vous dire la joie qui est la mienne, de voir ce texte, LA VIE À L'USAGE, être publié par les Éditions Lanskine, et la belle rencontre que cela suppose avec Catherine Tourné, que je remercie du fond du coeur

et si vous avez envie d'entendre un extrait de ce texte, filmé par Antonio Catarino, c'est ci-dessous : 

https://www.youtube.com/watch?v=7Za8p-AUWic

 

et puis une chose encore, j'aimerais profiter de cette fenêtre ''actualité'' pour remercier ici Sabine Huynh, pour le très bel article qu'elle a écrit sur mon travail : 

https://diacritik.com/2016/07/18/manuel-daull-mots-mis-bout-a-bout-en-eaux-durassiennes/

page en construction

Haïhu(s) hors saison / Dernier Télégramme / 2013

Extraits :

 

( ... )

8

le vent qui travers{e}

les branch{es} lourdes des arbres

nous parl{e}_à l’oreille

 

 

15

aboiements lointains

chiens qui rest{ent}-là invisibl{es}

ombr{es} pass{ent} silencieus{es}

 

 

17

en ombres chinois{es}

branch{es} décharnées dans le ciel

appell{ent} les oiseaux

 

 

20

inframinc{es} lueurs

entre chiens et loups parfois

lucioles aveuglées

 

 

30

chats la gueule plein{e}

gouttes de sang encore chaud

ciel sans piaillement

 

 

49

un peu fasciné

film{e} le ciel dans une flaqu{e} d’eau

le jour court sans pluie

 

 

56

cris dans canoppée

tête tirée sur fond d’azur

vertiges à la pell{e}

 

 

83

de Charl{es} Resnykoff

l’ombre planante d’une mouche

amie je retiens

 

 

104

racin(es) nord et sud

origines désaccordées

voix qui se sont tues

 

 

112

imag(es) en boucl(es)

petit écran en berne

attendre la neige

 

 

123

grand chien clair courant

d’elle à moi, inversement

cours(e) foll(e) jours heureux

 

 

154

me revient un temps

où rares étaient les oiseaux

éclairant mon ciel

 

 

165

minc(es) veinul(es) de pluie

dessinent une cartographie

de mes sentiments

 

 

 

171

pluie grellant le sol

soulèvent la poussière ocre

nettoyent mon esprit

 

 

 

182

l’ombre de ma main

se reflète dans l’eau qui court

mais ne la trouble pas

 

 

194

larges pliures du temps

creusent mon visage exsangue

comme autant de failles

 

 

198*

de Sam je retiens

oh les beaux jours disait-il

menteur magnifiq{ue}

 

 

212*

les yeux de mon fils

portent à une immersion

contemplative

 

 

219*

papiers de Perros

encr{es} de Michaux m’accompagn{ent}

balis{ent} l’horizon

 

 

( ... )